Phosphènes – Anthologie de poésie

 

L’anthologie de poésie illustrée PHOSPHÈNES vient de paraître chez les Chiroptères éditions.

J’ai eu le privilège de diriger cet ouvrage. J’espère qu’il vous plaira.

Auteurs : Pierre Benazech, Matheo de Bruvisso, Othman Ben Taleb, Ludovic Chaptal, Aurélien Clause, Michel Cosem, Véronique Flabat-Piot, Anne Lahaye, Sébastien Mayot, Esther Milon, Roselyne Morandi, Amandine Reist, Monique Ruffié, Jean-Michel Tartayre.​

Illustrateur : Valentin Piquemal.

 

Posted in Actualité | Leave a comment

Dédicace les 6 et 7 octobre 2018 à l’hôtel d’Assézat

Je dédicacerai mes livres les 6 et 7 octobre 2018 à l’hôtel d’Assézat (Toulouse).

Je vous y attends nombreux !

Posted in Actualité | Leave a comment

Prix de poésie de la ville d’Agen

L’aventure littéraire se poursuit…

Il y a quelques semaines, j’ai eu l’honneur de recevoir le Prix de poésie de la ville d’Agen.

La cérémonie a eu lieu à l’hôtel de ville en présence de Yannick Lintz, conservatrice générale du patrimoine et directrice du département des arts de l’Islam au Louvre et de Jean Dionis le maire de la ville.

Photographie prise par Arlette FOURNIER

Je garde un souvenir merveilleux de cette journée ! J’ai rencontré de très belles personnes à l’occasion de cette cérémonie et de ce déjeuner placé sous le signe de la bonne humeur. Il est certain que nous allons garder contact.

Je suis sincèrement touché de constater que mes écrits peuvent être appréciés. Ce prix de poésie m’encourage à ne pas abandonner mon violon d’Ingres. J’espère revenir vers vous avec d’autres bonnes nouvelles.

Pour terminer cet article en beauté, je vous confie une anecdote pour le moins rocambolesque… Outre l’écriture, j’ai pour loisir le krav maga, un sport associant plusieurs techniques de combat. Or, deux semaines avant la remise des prix, mon visage a fait une rencontre douloureuse : « une droite magnifique, directe, pure, parfaitement donnée » comme diraient les spécialistes !

Pendant plusieurs jours, j’ai cru devoir me rendre à une cérémonie célébrant la poésie avec un œil au beurre noir, ce qui aurait donné des photographies insolites !

Heureusement, l’ecchymose s’est résorbée à temps, la preuve en image :

Photographie prise par Arlette FOURNIER

Posted in Actualité | Leave a comment

Entretien avec François Zenone

Il y a quelques jours, j’ai eu la chance de rencontrer François Zenone, auteur de recueils de poèmes et de livres d’artiste. Celui-ci m’a fait l’honneur de m’accorder une interview dont l’essentiel est restranscrit ci-dessous.

PB : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

FZ : Il n’est pas évident de se présenter. Disons simplement que j’écris des poèmes, des critiques et des catalogues sur la peinture.

J’ai cru comprendre que vous aviez fait des études de lettres modernes et de philosophie. Était-ce pour devenir enseignant ?

Au départ, je voulais être conservateur des bibliothèques. J’ai entamé un doctorat puis j’ai tout arrêté pour écrire. J’ai quand même enseigné le français et la culture générale dans des classes supérieures. J’ai aussi travaillé dans des galeries. J’aime beaucoup la peinture.

D’où vient votre goût pour la poésie ? À quel moment avez-vous pris conscience d’être poète ?

J’ai lu de la poésie très tôt. À l’adolescence, des poètes comme Rimbaud et Artaud me fascinaient. Mon père était un grand lecteur ; il m’a fait découvrir les surréalistes : Breton, Péret, Desnos… Ces lectures ont, je pense, été déterminantes.

Ensuite, je ne sais pas si j’ai vraiment conscience d’être poète. Je n’aime pas me présenter comme « poète ».

Dans « Le Ressassement » vous écrivez : « depuis longtemps, je ne cherche plus mes phrases, elles surgissent ou non de nulle part ». Pouvez-vous nous en dire plus sur votre processus de création ?

La création est un hasard. Je saisis des choses d’écriture dans ce que je vois. Cela peut partir d’un mot, d’une image ou d’une situation.

Si je vous suis bien, vous ne vous forcez pas à écrire. C’est un instant que vous avez vécu qui prolifère dans un poème.

Oui, mais ce ne sont pas des poèmes spontanés. Ce n’est pas de l’écriture automatique. C’est très pensé.

Quel est votre rythme d’écriture ?

Je ne peux pas dire. Autant, je peux écrire deux ou trois livres d’affilée. Autant, je peux passer cinq ans sans rien sortir. Je jette beaucoup !

Combien de temps vous demande l’écriture d’un poème ?

Je n’écris pas de poèmes à l’unité. J’écris des suites de textes qui ont une unité.

Le silence et l’épure semblent traverser votre œuvre. D’ailleurs, un de vos éditeurs, Fissile, vous décrit comme « un auteur discret, rare, d’une poésie tendue par son silence même ». Dans votre recueil Une phrase, vous étirez l’espace entre les mots. Est-ce une manière de faire parler les silences ?

J’étire l’espace entre les mots… Tout d’abord, parce que le visuel a son importance. Mes mots doivent être posés sur la page d’une certaine manière. Ensuite, l’espace entre les mots peut être lié à une respiration, à un rythme. Mais, le blanc entre les mots n’est pas forcément un silence ou une pause. Cela peut être une accélération par exemple.

Vos poèmes sont effectivement très visuels. Peut-être est-ce en raison de votre goût pour la peinture ?

C’est possible ! Je vois le blanc de la page comme une matière à travailler. Peut-être suis-je un peintre refoulé ?

Vos poèmes sont-ils une « charade à élucider » ?

C’est amusant, vous reprenez une expression que j’ai utilisée dans « L’embêtement blanc ». Ce texte est né d’un souvenir d’enfance particulièrement marquant. La poésie m’a permis de trouver un sens à ce souvenir.

Mais, je ne vais pas vous expliquer ce que j’ai élucidé. Chacun y voit ce qu’il veut.

D’ailleurs, l’intérêt de la poésie n’est pas d’expliciter les choses aux autres. Lorsque l’on donne la traduction d’un poème, on le raplatit.

Quels sont vos prochains projets d’écriture ?

Je songe à faire un livre d’artiste. Je me chargerai du texte et un ami s’occupera des peintures.

Mais, réaliser un livre d’artiste réussi est un exercice périlleux. Qui illustre l’autre ? L’idéal est que la création soit concomitante ou contiguë. Comme dirait le peintre Jean Capdeville « toi tu joues de la musique et moi je danse ».

Selon vous, quel est le rôle de la poésie dans le monde d’aujourd’hui ?

La poésie est une parole perdue… La poésie n’est pas assez entendue. Mais, elle a encore une place aujourd’hui. Heureusement.

Merci pour vos réponses. Avant de nous quitter, je vous propose un petit portrait chinois.

Si vous étiez une ville, vous seriez : Lisbonne.

Si vous étiez un végétal, vous seriez :  un arbre.

Si vous étiez un liquide, vous seriez : du vin, évidemment !

Si vous étiez un objet, vous seriez : une table.

Si vous étiez un chiffre, vous seriez : un chiffre impair, sûrement le 7.

Si vous étiez un moment, vous seriez : l’enfance.

Si vous étiez un instrument de musique, vous seriez : le piano.

Si vous étiez un poème, vous seriez : une fable de Jean de La Fontaine. En vieillissant, j’aime de plus en plus Jean de La Fontaine. C’est la langue française dans toute sa splendeur !

Posted in Entretien avec un poète | Leave a comment

Prix Jacques Chabannes

Chers lecteurs, il y a quelques mois, j’ai participé au Grand prix des lettres organisé par la société académique Arts Sciences Lettres.

Bien m’en a pris ! En effet, j’ai été primé dans la catégorie « Nouvelle » !

La cérémonie de remise des prix a eu lieu au mois de mars dans un des salons somptueux de l’Hôtel Intercontinental Paris Le Grand.

Il s’ensuivit un déjeuner au cours duquel j’ai pu rencontrer les membres du jury.

Je garde un éminent souvenir de cette journée riche en émotions !

En ce moment, ma vie professionnelle est particulièrement dense, mais j’espère pouvoir revenir rapidement vers vous avec un article annonçant d’autres bonnes nouvelles.

Posted in Actualité | Leave a comment

Deux mots sur L’Imagina’Livres : « merci » et « bravo » !

Il y a quelques jours, j’ai eu le bonheur de dédicacer mes œuvres lors du salon Imagina’Livres.

À cette occasion, j’ai pu retrouver certains habitués (Laura Ferret-Rincon, Jean-Claude Dunyach, Step, Olivier Saraja, Aurore Folny, Sylvain Lamur) avec qui c’est toujours un plaisir de discuter.

J’ai aussi fait de très belles rencontres (S.A. Willam, Audrey Canson, Sébastien Tissandier et Valentin Piquemal). Il est d’ailleurs fort probable que je vous parle à nouveau de ces personnes dans les lignes de ce blog !

Enfin, j’ai pu échanger avec les lecteurs et constater qu’Amarante plaisait toujours autant !

Un grand merci à tous les bénévoles de l’association l’Imagin’arium et notamment Arsenia, Camille, Sacha et Samantha qui se sont démenés pour faire de ce salon un évènement inoubliable !

Et aussi un grand bravo car ils ont su braver de nombreuses difficultés… En voici une liste non exhaustive :

                – la faculté, lieu habituel du salon, indisponible en raison du blocus ? Les bénévoles trouvent un autre lieu et l’agence !

                   – la grève de la SNCF ? Les bénévoles organisent des covoiturages pour faire venir les auteurs et illustrateurs !

                – le mauvais temps ? Les bénévoles vous ensoleillent de leur bonne humeur communicative !

Je crois que même une attaque de dinosaures zombies ne serait pas venue à bout des membres de cette association !

En bref : il me tarde la prochaine édition !

Posted in Actualité | 1 Comment

Quelque part en Italie…

Posted by Festa della Poesia e della Letteratura on Tuesday, March 13, 2018

Pendant ce temps, quelque part en Italie, on lit des traductions de mes poèmes à un festival de littérature.

Quel plaisir et quel honneur de se dire que ma poésie résonne dans d’autres pays et dans d’autres langues…

Merci Elena Giacomin pour cette lecture !

Posted in Actualité | 1 Comment

Dédicace et conférence au Salon Imagina’Livres 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À l’occasion du Salon Imagina’Livres, je dédicacerai mes oeuvres les 23, 24 et 25 mars à l’Université Toulouse Jean Jaurès.

J’animerai également une conférence sur le droit d’auteur le dimanche 25 mars à 10 heures.

Je vous attends nombreux !

Édit : en raison d’un mouvement social, le salon se tiendra salle Olympe de Gouges au 35 rue Maurice Bécanne 31400 Toulouse.

Posted in Actualité | Leave a comment

Publication du recueil Generazioni

Chers lecteurs, comme promis, mon poème « Parce que » a été traduit en anglais et italien. Celui-ci vient d’être publié dans le recueil Generazioni qui compile les poèmes lauréats du concours international Castello di Duino, organisé sous le patronage de l’UNESCO.

Cette publication représente beaucoup pour moi. C’est la première fois qu’un de mes poèmes est traduit et publié à l’international. Quelle joie et quel honneur de se dire que des personnes habitant un autre continent et parlant une autre langue lisent mon texte !

Pour couronner le tout, j’ai eu le plaisir de découvrir dans le recueil un commentaire d’Enzo Santese concernant mon poème :

« The poem is a pounding rhythm exalted by the anaphora (« parce que ») which initiates each of the six stanzas, and grasps certain dramatic topical aspects, where examples of prevarication and violence cause a sense of impotence and resignation in those who dissent from these kinds of behaviours. Each « frame » is built on the dialectics of conceptual chiaroscuro, and indicates for each negative figure the possibility of redemption and rebirth. The conclusion delineates the appearance of a real hope for a trend reversal. The verses, short but trenchant, give an idea of a varying intensity, proportional to the emotional impulse, generated by a glance to episodes and places which are regarded nowadays as the symbols of a shared horror. The whole text reveals an extreme sensitivity in the way it frames disturbing contemporary scenes without falling into rhetoric. On the contrary, the author uses a dry and simple writing » (Enzo Santese)

Ce recueil est également l’occasion pour moi de relire les poèmes des autres lauréats et notamment ceux de Lucía Bonilla, Jakob Leiner, Alan Mendoza Bojorquez et Gabriel Carruego Tiengo avec qui j’avais sympathisé lors de la remise des prix.

Il est fort possible que vous entendiez à nouveau parler d’eux dans les pages de ce blog.

Édit : La Dépêche du Midi a consacré un très bel article sur la publication du recueil !

Édit n°2 : À ma plus grande surprise, j’ai eu l’immense honneur de recevoir une lettre du Maire de Toulouse me félicitant pour mon prix et ma publication. Je ne m’attendais pas à ce que mes écrits trouvent autant d’écho. Toulouse est chère à mon cœur et je suis fier d’avoir pu la représenter.

Posted in Actualité | 3 Comments

L’avis de Lysée sur Le Piano Aphone

Le piano aphone continue d’être lu. Je viens de découvrir cette très belle critique qui ensoleille ma journée !

« Voici un court roman jeunesse fantastique très sympathique, amusant, épique, fantasque, farfelu, loufoque. On s’évade complètement.

Devant se rendre à C., Pierre s’endort dans le train. Il se réveille dans un lieu étrange, la Gare des âmes, où il fait la connaissance d’un singulier fantôme. Ce dernier erre là car il a perdu la mémoire et ne sait pas où il doit aller ou qui il doit attendre. La quête de Pierre pour retrouver le chemin de retour pour C. va être un vrai parcours du combattant, étonnant, presque burlesque. Les surprises et les rencontres vont s’enchainer.

Voici un roman agréable, distrayant et cocasse. C’est bourré d’humour et de poésie. C’est plein de références autant artistiques que littéraires. Les personnages sont attachants. Le Grand Rouge m’a beaucoup amusée. Monsieur Il m’a émue, ce personnage est formidable, empathique, délicat, sensible. L’idée de ce piano aphone, lié à l’âme de son musicien, est très belle et touchante. Il y a là une vibration émotionnelle merveilleuse.

Un bon moment de lecture que la visite de ce monde fantasmagorique, un peu entre Alice au pays des merveilles et les contes redoutables de notre enfance, mais tout en douceur.

Merci aux Editions Lune Ecarlate de cette découverte. »

Le blog de Lysée : https://lyseelivres.wordpress.com/2017/11/06/201795-le-piano-aphone-pierre-benazech/

Posted in Les avis sur mes livres | Leave a comment